4 et 5 juillet. De Dieppe à Pléneuf-Val-André le ralliement a duré plus de 30 heures !
Beaucoup de moments forts, des frayeurs et des longueurs, des pointes de vitesse et  de belles réussites tactiques. A l’arrivée, l’équipage est ravi et fatigué, la tête encore un peu dans la compétition, ils nous racontent leur traversé.

Dimanche 4 juillet, 17h04 : Bon départ, la flotte s'est élancée dans des conditions idéales : mer plate, grand soleil et 13 nœuds de vent. A la bouée de dégagement, Normale Sup’ Lagardère est en deuxième position, juste derrière l’équipage Manche Basse Normandie (professionnel) et devant CSC - HEC - Ecole Navale (2e étudiant du classement provisoire).

19h20 : Les bateaux arrivent à hauteur de Saint Valery en Caux avec 12 nœuds de vent. Normale Sup’ commence par suivre la tête de flotte en longeant la côte avant de partir progressivement au large.

Lundi 5 juillet, 9h00 : Après une nuit froide et humide, les bateaux progressent au près dans 10 nœuds de vent. « La nuit a été éprouvante, on était dans les filières. Des nuages, pas de lune et pas d’étoile, beaucoup de brune et l’air était humide. C’était des conditions désagréables. Cependant on avait une bonne vitesse, mais on n’en a pas profité tant que ça car on était obligé de tirer des bords comme le vent venait de face. »

Vers 12H00 : Normale Sup’ Lagardère fait partie de la tête de course et franchit la bouée CH1 en  7e position. Dans la demi heure qui suit les bateaux avancent tous au près dans 16 nœuds de vent d'ouest et se rapprochent de la côte pour s’abriter du courant.

En début d’après midi : Passage du Raz Blanchard, moment fort de cette course. Le bateau avance à 6 nœuds avec 4 nœuds de courant environ. Beaucoup de tourbillons et de contrecourants rendent la navigation difficile, des bateaux se sont retrouvés bloqués, d’autres ont vu leur trajectoire changer sans pouvoir contrôler le bateau pendant plusieurs minutes. « On s’en est plutôt bien sorti, mais une veine de contrecourant nous fait cogner la bouée, ça nous a fait une bonne frayeur !»

Après 14h : Toute la flotte est sous spi, Normale Sup’ finit par changer pour le petit spi. Des difficultés de manœuvre ont fait perdre des places.
Sur la dernière ligne droite, la 9e place se joue contre le bateau Port de plaisance de Roscoff, et contre Ville de Genève - Carrefour Prévention il faut défendre la 10e place. Dans cette situation il est difficile de mener des attaques, mais Normale maintient son positionnement jusqu’à la ligne.



L1030258.JPG
Mardi 6 Juillet. Une petite matinée accordée aux régatiers du ralliement Dieppe-Pléneuf pour se reposer. A 14h00 le départ pour un parcours technique a été donné. Pour Normale Sup’ - Lagardère ce dernier n’a pas été optimisé. Après s'être éloigné de la flotte, le bateau fini par gagner quelques places en prenant de la vitesse au bord de spi. C’est à la 15e place que l’équipage finit cette course.

"Un vent faible et instable, beaucoup de courant et une géographie de côtes compliquée avec des rochers à éviter impérativement. Les régatiers doivent être très attentifs pour jouer avec le vent et les courants, ça peut être fatiguant sur les longs trajets comme celui-ci. On estime qu'ils parcourront les 202 milles en plus de 40 heures" Grégoire Seizilles, manager.
 
15h00 : Bon départ dans 8 nœuds de vent, une dizaine de minutes plus tard Normale Sup' passe la bouée de dégagement en 18e position. L’équipage réussit rapidement  à se dégager pour passer les premiers pointages en 7e position. En fin de journée une perte de vent soudaine a fait mouiller les bateaux, quelques heures plus tard  une belle vitesse dans la petite molle et une forte houle remotive l’équipage.

Vers  minuit aux Sept îles une partie de la flotte mouille, Normal Sup’ Lagardère fait partie de la tête de course passée à l’extérieur de l’île Thomé alors que la plupart des bateaux ont choisi de passé à l’intérieur. Avec plus de profondeur le courant met à un certain temps à s’inverser ce qui a fait prendre un peu de retard sur les autres bateaux. Normale Sup’  - Lagardère a fait plusieurs tentatives pour faire gonfler les voiles afin de trouver le moyen d’avancer à contre courant et avec un faible vent. C’est finalement sous génois qu’il quitte les Sept îles et arrive à l’île de Batz. Vent de face, l’équipage choisi de longer au plus près le nord de l’île de Batz, un passage difficile dans le courant et les déferlantes.
Lagardere1.JPG
Du 7 au 9 juillet : De Pléneuf-Val -André à Lorient, ce quatrième ralliement est le plus long et le plus difficile du Tour. Pour Normale Sup' - Lagardère il se termine par une belle 14e place.
Le bord suivant, qui permet à Normale Sup’ - Lagardère de renouer avec la vitesses, se résume à un slalom entre de nombreuses algues le long des Abers.

L’arrivée de la flotte au Four lui permet de toucher du vent de nord synonyme de portant pour la suite de l’étape, l’équipage retrouve le sourire… Le passage à la Basse Royale marque le début d'une accélération de la course : un courant favorable la plupart du temps et un vent toujours présent permettent de naviguer sous spi et en quasi route directe sur une bonne partie de cette fin de course et de passer la ligne d’arrivée en 14e position à 13h le vendredi 9 juillet.
Dimanche 11 juillet. Petite journée pour les régatiers qui ont fait un parcours technique en fin de matinée. Normale Sup' Lagardère obtient la 14e place. Un retour au port vers 13h permet à tous l'équipage de préparer le ralliement en direction de Talmont-Saint-Hilaire : repos, préparation technique du bateau, confection des repas afin que tout soit prêt pour  cette 5e étape de ralliement.
Lundi 12 juillet.  Normale Sup’ Lagardère s’impose progressivement sur le Tour et termine à la 4e place du ralliement entre Lorient et Talmont-Saint-Hilaire.

Normale Sup’ - Lagardère confirme ses progrès. Une belle victoire étudiante qui lui permet de se rapprocher de la deuxième marche du podium étudiant : « L’équipage s’est donné à 100% tout le long du ralliement. Tenir plus de 24h pour des étudiants qui n’ont pas l’habitude c’est une belle performance. On a réussi de bonnes manœuvres, on progresse depuis le début du Tour et cela nous permet d’envisager le meilleur pour la suite. » Eric Brezellec (Skipper)
arrivee Lorient-Talmont.png
Après 3 faux départs pour l’ensemble de la flotte, sur le 4e Normale Sup’ -  Lagardère ne parvient pas à se lancer dans la course. Plustard l’équipage fait le choix de se risquer, quasi seul, sur le flan droit de la flotte afin d'avoir du vent frais et prendre de la vitesse pour arriver 6e au pointage de la bouée de Pen Men.
La tombée, au alentours de 23h, un petit vent tournant dans tous les sens perturbe les équipages et rend le maintien du cap difficile.

Après cette désorientation, les étudiants de Normale Sup’ - Lagardère prennent le risque de se positionner à l’extrémité plein ouest, c’est-à-dire à l’opposé de la trajectoire initiale. L’équipage était seul à faire ce choix. Même si le doute les a accompagné jusqu’au lever du jour, ils ont gardé le cap.

Lorsque la visibilité fut bonne, un groupe de bateaux s’est révélé au loin mais impossible de savoir s’il s’agit du groupe de tête ou des derniers.

Dès lors, l’objectif pour Normale Sup’ - Lagardère fut d’avancer le plus vite possible. Avec un vent devenu favorable, l’équipage repart sur sa stratégie de base : avancer et faire de son mieux sans prendre en considération les autres bateaux.

Cette manche se termine par une belle 4e place, beaucoup de motivation et de bonnes perspectives pour la suite.
Normale-Sup' Lagardère passe la ligne d'arrivé en 4e position devant Brest Grandes Ecoles (étudiant), CSC - HEC - Ecole Navale (leader étudiant avec le spi bleu), et Purflo Les Thermes Marins - St Malo (amateur).
P7132421.JPG
Mardi 13 Juillet. Sur le deux parcours techniques du jour, au large de la côte de Lumière, Normale Sup' - Lagardère ralentit sa course et arrive 21e puis 23e. L'étape sur Talmont-Saint-Hilaire prend fin dès ce soir avec un départ pour Royan avancé de 24h : les prévisions météos prévoient du vent de force six à sept et des rafales à neuf pour la journée de mercredi. Le départ ponton est à 19h00 et l'arrivée à Royan est attendue dans la nuit.

Du 13/07 au soir au matin du 14/07. Ralliement entre Talmont-Saint-Hilaire et Royan.
Un départ deuxième rideau comité (départ sur la deuxième vague de bateaux du côté due celui du comité) suivi d’un manque d’air au niveau de la bouée de dégagement positionnent Normale Sup’ - Lagardère en fin de flotte au passage de la bouée de dégagement.

Sur 46 milles la course se fait en ligne droite: avec beaucoup de rappel et un bon réglage du bateau Normale Sup’ - Lagardère prend de la vitesse et remonte une quinzaine de places. Ce long bord (nécessité de maintenir le même axe sur plusieurs milles) se termine par une dizaine de milles avec un vent 8 à 10 nœuds avant que ce dernier finisse par tomber. Dès lors la difficulté fut de faire avancer le bateau dans la molle. Les 18 premiers rassemblés sur un peu plus de 500 mètres, la course se joue dans un mouchoir de poche. Certains bateaux parviennent à passer devant Normale Sup’ - Lagardère qui finit la course en 14e position et arrive au port de Royan vers 8h00 du matin.

15 juillet : Un parcours technique réussi !
Très bon départ pour Normale Sup’ - Lagardère qui, dès le début, prend une bonne vitesse et fait partie du petit groupe de tête à gauche du plan d’eau. Un bon virement permet à l’équipage de se positionner au bord du cadre et d’arriver à la deuxième bouée au vent en seconde place juste derrière Safran (équipage étudiant) et devant Toulon Provence Méditerranée – COYCH (équipage professionnel). A la bouée sous le vent, une erreur de manœuvre ralentit Normale Sup’ - Lagardère qui fait malgré tout une très belle manche en arrivant 4e sur cette unique course de la journée.
Vendredi 16 : Après un parcours technique le comité de la course décide de faire rentrer les bateaux au port avant 12H30 par crainte que le courant ne devienne trop fort. Normale Sup' - Lagardère arrive 11e sur cette course : avec beaucoup de courant et peu de vent, l'équipage réussit son départ et prend une option sur la gauche du plan d'eau. Le bateau fait alors partie de la tête de course, mais certains équipages sont allés jusqu'à l'extrême gauche et passent devant. Au dernier portant, juste avant la ligne d'arrivée Courrier Dunkerque (équipage professionnel) réussit à marquer et finit 10e de la course.
ce site a été créé sur www.quomodo.com